Clichy ou la mosquée de la discorde. Quand les élus font fi de la loi.

Ces derniers jours, le département des Hauts-de-Seine a vécu un petit événement à l’échelle d’une ville. La mosquée de Clichy a été démantelée et ses fidèles, priés de libérer les lieux.

Rappel des faits.

Cette salle avait été aménagée sous la précédente municipalité PS et louée sous un « bail précaire », [valable 1 an, renouvelable une fois], à l’UAMC qui comptait la racheter. Le Figaro

A l’échéance du bail, le nouveau maire (LR) Rémi Muzeau, élu en 2015, avait décidé de transformer en médiathèque le lieu (…). À noter qu’il avait parallèlement inauguré en mai un nouveau lieu de prière dans sa ville. (…) Le Figaro.

Juin 2016 : le bail précaire des associations est arrivé à terme.

10 août 2016 : ordonnance d’expulsion prononcée par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise. L’Union des Associations Musulmanes de Clichy (UAMC) demande l’annulation de l’ordonnance d’expulsion.

7 novembre 2016 : une décision du Conseil d’État vient rejeter le pourvoi en cassation de l’UAMC.

22 mars 2017 : la décision d’expulsion de la préfecture des Hauts-de-Seine est mise à exécution. Quelques images sur la page de Forces Laïques 92 où nous montrons du doigt une situation qui, si chaque responsable politique, associatif, religieux respectait la loi et considérait chacun dans ses différences, n’adviendrait pas.

J’accepte difficilement que des personnes soient obligées de prier dans la rue, faute de lieu dédié. Dans quel pays vit-on pour tolérer une telle situation ? Non seulement, ces gens sont malheureux de ne pouvoir exercer leur foi sous un toit mais encore, même si la préfecture ne l’avance pas, le quotidien de centaines de Clichois, citadins et commerçants s’en trouve modifié. Nul ne peut se réjouir de cette situation.

De fait, l’on constate une méconnaissance manifeste de la loi de part et d’autre. Autant par les associations visées que par la municipalité. Oserai-je m’avancer en disant que les élus locaux, opposition comprise, bafouent les règles de la République ?

On ne demande pas à un maire un lieu de prière ! De même qu’un maire ne promet pas de solutionner des problèmes liés à la pratique d’un culte !

J’attire maintenant l’attention du lecteur sur la supercherie des élus d’opposition sur la situation, sous couvert de la liberté de culte, qu’ils disent. Et la liberté tout court, qu’en disent-ils ?

Voici ce que j’ai relevé sur le site de l’UDESR 92 qui relaie le communiqué du groupe des élus de l’opposition à Clichy.

Les élus concernés nous offrent par cette communication un florilège que l’on retrouve d’ailleurs chez Benoît Hamon, candidat à l’élection présidentielle de 2017 et Alexis Bachelay, député de la 1ère circonscription des Hauts-de-Seine et porte-parole dudit candidat. Ces deux-là entretenant des liens avec le CCIF, Collectif Contre l’Islamophobie en France, dont son président, Marwan Muhammad, était d’ailleurs présent lors de la manifestation devant la mairie de Clichy. Il faut savoir qu’en France, le CCIF est considéré parmi les associations prônant un discours de révolte et de défiance vis-à-vis des pouvoirs publics et accusant les défenseurs de la laïcité d’anti musulmans. Ils ont par ailleurs des liens étroits avec les Frères Musulmans que l’on ne présente plus mais dont je vous rappelle les liens étroits avec le célèbre Tariq Ramadan, petit fils du fondateur de ladite mouvance islamiste.

Je profite de faire un appel à l’Observatoire de la laïcité, services du Premier Ministre, pour lui demander pourquoi il ne conseille pas la dissolution d’un tel collectif que celui du CCIF, anti républicain.

Alors, à vouloir entretenir le communautarisme religieux, mesdames et messieurs les élus de tous bords, non seulement vous faites le lit de l’extrémisme : le néant vient occuper le vide. Résultat, vous stigmatisez les croyants et les pratiquants. Mais encore, vous sabotez l’un des piliers de notre république qui fait que des individus peuvent vivre, ensemble, sur un même territoire, libres de penser, de croire, s’émanciper par la Culture et l’Éducation.

Les fidèles de feu la mosquée de la rue d’Estienne-d’Orves ont le droit de croire et de pratiquer leur religion. La loi de 1905 les protège. Toutefois, il n’appartient qu’à eux seuls de chercher les moyens et générer les fonds pour bâtir un lieu et refonder leur sanctuaire. La loi de 1905 est claire en la matière, notamment dans son article 2 : « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte (…) ». À Clichy comme ailleurs, le maire ne doit considérer ses concitoyens comme rien d’autre que des Clichois et pas des adhérents de tel ou tel groupement ni fidèles pratiquants de tel ou tel culte. Rappelons que la pratique religieuse est protégée par la loi dès lors qu’elle n’entrave pas l’ordre public. Or, ces jours-ci, nous avons assisté à une révolte religieuse contre une municipalité et l’action de son maire n’ayant fait qu’appliquer la loi et la décision de la préfecture du département des Hauts-de-Seine, actant de l’évacuation des lieux précédemment cédés, Laurence Marchand-taillade le rappelle très bien dans le communiqué de Forces Laïques.

J’invite les élus de Clichy, M. Muzeau en tête, à lire et retenir cette formidable loi qui instaure le principe de Laïcité en France dès 1905.

Aussi, en tant que coordinateur de l’UDE et du Front Démocrate 92, partis politiques dont les élus représentants sont membres de l’UDESR 92, je demande à la présidente, Fatoumata Sow, de veiller aux publications diffusées sur le site de ladite union et de retirer le communiqué de presse ciblé, considérant que cette lettre est un total contresens à la loi.

Conséquemment, ni le Front Démocrate, ni l’Union des Démocrates et des Écologistes ne sauraient cautionner une telle interprétation des règles de la République Française, pas plus que participer à l’entretien du communautarisme sur le département des Hauts-de-Seine.

Protégeons les Libertés individuelles et collectives. Sauvegardons la Laïcité.

Pour aller plus loin, rdv sur l’excellent article de l’UFAL.

IMG_1745

Thierry Gibert

Secrétaire général de Forces Laïques

Président de Forces Laïques – OLvo 92

Ex Coordinateur du Front Démocrate 92

Ex Coordinateur de l’Union des Démocrates et des Écologistes 92

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s