Petite histoire du Front Démocrate Écologique et Social et de l’Union des Démocrates et des Écologistes

 

Nous étions 200 à nous déplacer pour adhérer aux valeurs du Front Démocrate Écologique et Social (FD), le 27 septembre 2014. Des MoDem, des socialistes, des écologistes d’EÉLV, des citoyens sans étiquette, des politiciens aguerris… Bref, tous réunis pour signer la charte du Front Démocrate et co-fonder un nouveau parti politique.

Le Front démocrate écologique et social est une formation politique qui se situe au centre gauche sur l’échiquier politique français.

Le Front Démocrate Écologique et Social est fondé le samedi 27 septembre 2014, à l’occasion d’un congrès qui réunit plus de 200 personnes. Le FD, nous l’appelons ainsi, rassemble alors les femmes et les hommes qui se veulent démocrates, écologistes, socialistes, progressistes et qui ont une furieuse envie d’autre chose que la manière de faire de la politique dont ils sont témoins.

Le FD est une confédération dont les statuts prévoient qu’elle puisse accueillir plusieurs entités politiques, associatives et autres formes juridiques… Le FD est de surcroît l’un des rares partis politique permettant la double adhésion.

Le FD a déjà fait plusieurs campagnes (Départementales, Municipales partielles et Régionales malgré son jeune âge et a, à ces occasions, été sollicité et plébiscité sur plusieurs départements par les partis politiques partenaires : PS, PRG, mdP, MRC, LPÉ…

Le FD a pu compter sur 1500 adhérents en 2015.

Pourquoi le FD ?

Pour moi, cela a commencé par une demande d’adhésion au MoDem de François Bayrou. J’en attends toujours retour (joke inside). Ma sensibilité politique m’a fait débuter avec Jean-Marie Bockel qui quittait le Parti socialiste, en 2007, pour participer à l’ouverture du gouvernement de Nicolas Sarkozy et fonder La Gauche Moderne. Depuis, des femmes et des hommes se battent à l’intérieur de jeunes partis politiques pour tenter de faire vivre un Centre gauche et d’y rassembler toutes les forces progressistes à-même de faire bouger la politique entre deux partis mastodontes.

En 2012, la campagne de François Hollande suscite une éclaircie pour la constitution d’un Centre gauche conquérant. D’autres et moi-même avons fait le choix de l’accompagner, lui et son gouvernement dans un esprit réformiste. Ces mouvements politiques sont Gauche Moderne et Républicaine (Michel Suchod, Gilles Casanova, Dominique Losay et moi-même), CAP21/Le Rassemblement Citoyen (Corinne Lepage) et dans un style plus fébrile, le PRG (Jean-Michel Baylet et maintenant Sylvia Pinel), bien qu’historiquement plus solide.

Or, depuis le début du mandat de F. Hollande, on ne peut pas dire qu’il gouverna la France avec un parti derrière lui. Un président seul. En totale opposition de son prédécesseur qui lui, a joui d’un soutien de tous les instants. Bien entendu, les mouvements politiques existants, tels GMR ou CAP21/LRC,  pas suffisamment identifiables et forts dans le paysage politique, il fallut tenter une nouvelle offre pour contrer le front de Jean-Luc Mélenchon et capter notamment les parlementaires écologistes. Qui mieux que Jean-Luc Bennahmias, ex vice-président du MoDem et ex secrétaire national des Verts ? C’est donc là qu’en 2014, avec Christophe Madrolle, Michel Suchod et Gilles Casanova, ils fondent le Front Démocrate Écologique et Social.

L’année 2015 fut particulière car le FD fut supplanté par l’Union des Démocrates et des Écologistes (UDE).

Le congrès fondateur de l’UDE se tint en octobre 2015. L’UDE devenait alors ce que devait être le FDES (FD). UDE composée du FD et de Écologistes ! (É!) de François de Rugy (Congrès fondateur en octobre 2015). Génération Écologie (Yves Pietrasanta et France Gamerre) s’est retiré la veille du congrès fondateur de l’UDE, certainement rattrapé par le PRG dont il dépend dans bien des domaines.

L’UDE est donc lancé avec à sa tête, Jean-Vincent Placé. Dans le timing, c’est parfait pour notre ami puisque lui seul sera conseiller régional en IDF. Les amis historiques du FD ont pu compter un temps sur la 24ème place de Gilles Casanova sur Paris, jusqu’au premier tour. Le second tour des Régionale 2015 a vu la campagne et les choix du candidat Claude Bartolone partir bien à gauche et l’éjection de l’unique colistier FD. Prélude à la candidature de Gauche à la Présidentielle 2017.

Bref, nous sommes en 2016 et il faut tenter de monter les fédérations de l’UDE dans les départements avec les écologistes de F. de Rugy. Pas simple lorsque les idéologies et les méthodes diffèrent, sans projet national commun. 1 + 1 n’est pas forcément égal à 2, en politique.

2016 toujours, le temps de la Présidentielle arrive pas à pas… Les conseils nationaux de l’UDE et du FD ont lieu le samedi 6 février. On commence à y entendre parler de la Belle Alliance Populaire (BAP). Il s’y décide même de prendre rendez-vous en juin qui suit pour tenir une convention à l’occasion de laquelle chacun pourrait s’y prononcer sur l’entrée ou non de l’UDE, de É! et du FD dans la BAP. Cela fut enthousiasmant en même temps que clivant dans les esprits mais la démocratie avant tout ! C’est pour cela, notamment, que nous aimons à nous retrouver, débattre et décider.

Juin arriva. Rien.

Août fut l’occasion de tenir l’université d’été de l’UDE. C’est à cette occasion que fut annoncée publiquement l’entrée de l’UDE dans la BAP. On peut imaginer que le FD y fit son entrée implicitement. É! ? F. de Rugy préparait déjà son entrée dans la BAP, à sa manière.

S’en suivit que Jean-Luc Bennahmias (JLB) et François de Rugy (FdG) se sont déclarés candidats à la Primaire dans la BAP, en vue de la Présidentielle 2017. L’un était de trop. L’autre n’avait pas forcément raison. Novembre 2016, se teint un conseil national UDE pour acter de la candidature de JLB. Ce qui fut chose faite à l’unanimité. Ce ne fut que formalité puisque l’affaire était déjà entendue.

Par contre, si vous vous demandez si LPÉ est toujours dans l’UDE, je vous répondrai que « non » mais rien n’est certain. Entre temps, É! est devenu Le Parti Écologiste et FdG a pris son envole.

Alors qu’est donc l’UDE ?

L’UDE est le FD + quelques écologistes historiques qui ont fait le choix de ne pas suivre l’aventure de FdR mais sans plus d’explications. Sans non plus attester de quoi que ce soit.

Voici, vous est exposé de manière quasi télégraphique, sans perdre de séquence importante, la construction du FD et de l’UDE.

À l’après second tour de la Primaire de la Gauche, j’ai pris position, à l’occasion du dernier bureau national de l’UDE et je tiens à vous en faire part.

Le 1er tour de la Primaire de la BAP a vu la sortie de JLB. J’ai appelé à soutenir Manuel Valls. Logique mais pas pour tout le monde. Le 2nd tour a vu la victoire de Benoît Hamon. Ce dernier a choisi d’être le Président d’une partie de la population, je cite Le Monde : « Je veux m’adresser aux Français des classes populaires ou des zones rurales les plus en difficulté ».  Cela me dérange mais il n’y a pas que cela. il y a aussi son communautarisme électoral, l’entretien de la pauvreté pour mieux fédérer ceux qui sont dans la détresse et bien d’autres comportements que je ne puis soutenir même si Jean-Luc Bennahmias s’y est engagé, même si l’UDE s’est positionné clairement dans la BAP derrière le vainqueur.

je fais partie des 4 sur 38 qui ont voté « contre » ce CP qui apporte soutien à B. Hamon. ». Je me suis clairement exprimé : « Concernant la Présidentielle, je ne saurai soutenir Hamon qui a participé au sabotage du quinquennat qui s’achève. Il aura fait perdre 5 années à la politique française, 5 ans de la vie des Français ! C’est pour moi inacceptable ! ».

Lire le communiqué de l’UDE :

communique-de-lude

Je suis pour qu’un parti qui s’est engagé dans une coalition y demeure même si son candidat a perdu. En revanche, je conteste les raisons de son maintien dans une organisation qui n’est pas celle dans laquelle nous avons notre place. Je conteste mon parti lorsqu’il s’engage dans une voie qui n’honore ni ses dirigeants, ni ses adhérents, ni celles et ceux qui le soutiennent. Il est un fait ; je ne cautionne pas mon parti lorsqu’il s’allie pour tenter de gagner 1, peut-être 2 circonscriptions qu’on lui promet entre deux portes.

Je considère que les militants que nous sommes, tous bénévoles, qui oeuvrons sur le terrain, qui passons du temps dans nos mandats, dans nos contributions, dans nos actions et engageants divers et variés, n’avons pas à accepter sans avoir été consultés quelconque positionnement officiel.

Doit-on rappeler que le quinquennat qui s’achève a été vilipendé par Benoît Hamon et que le Parti Socialiste y a largement contribué à travers ses ministres, parlementaires, élus territoriaux, responsables et militants ?

Je ne peux assurément pas soutenir la position de l’UDE.

Toutefois, rien n’est figé et nul mouvement politique n’est tenu de suivre une voie qui ne correspond pas ou plus aux choix qu’il fit en son temps pour son pays, pour les Français. J’appelle donc la direction de l’UDE à revoir sa position quant à son maintien dans la Belle Alliance Populaire.

Quid du FD ? C’est là que nombre de militants et moi-même avons besoin du concours de chacun pour faire en sorte que l’aventure humaniste et démocrate, pour le progrès et la politique autrement et pour tous, continue…

Travaillons-y !

 

Thierry Gibert

Thierry Gibert

Amitiés humanistes, démocrates, écologiques et sociales.

Coordinateur du FD 92 et de l’UDE 92

Membre du bureau national de l’UDE

Co-fondateur et conseiller national du FD

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s