Le service national, ce n’est autre chose que le service militaire

V’là qu’on nous ressert le service militaire.

Les candidats à la primaire parlent de service national ou encore civique. J’écris « service militaire » dans mes articles. Je le fais sciemment car c’est ainsi que la majorité des Français, jeunes et surtout moins jeunes, considèrent les propos de François Bayrou et des autres, à ce sujet. Et les médias, même si c’est du réchauffé, l’ont bien compris. Çà fait vendre. Comment manier l’art du discours pour faire passer un message sans nommer ce qui doit l’être ? Hier, c’était Bayrou, aujourd’hui, c’est Montebourg. Demain, un ou une autre…

F. Bayrou était ministre sous Chirac lors de la suspension du service national

Le service civique existe déjà, non obligatoire. Il ne rencontre pas un grand succès et c’est compréhensible car c’est avant que le lien entre les uns et les autres doit être suscité. j’insiste sur le terme de « susciter » et non pas d’imposer. Il est trop tard, en 2016, pour imposer quelque chose à des adultes alors qu’on a abandonné les 18 premières années de leur vie. Non pas qu’il faille gérer la vie des gens mais un fossé sépare les bacheliers du monde des actifs. Et quand bien-même cela serait imposé à partir de 16 ou 17 ans, cela ne changerait rien à l’effet flop. De fait, de multiples cloisons existent. François Bayrou, celui qui se voudra chef de file des pro-service militaire maintenant que Nicolas Sarkozy s’est déclaré candidat, celui-là-même qui va mettre tout le monde d’accord à droite, a participé à ce cloisonnement. Rappelons que Bayrou fut ministre de l’Éducation Nationale sous le dernier gouvernement de l’ère Chirac, celui-là-même qui a suspendu la fameux service.

Mais encore parce-qu’il y a des attentats, et je mesure la gravité de la situation, il faudrait obliger chacun à un service national ? Quel aveu de faiblesse de notre système dît républicain. Ceux qui proposent cela n’y sont pas du tout !

L’Éducation est la clé.

L’avènement viendra d’abord de l’Éducation, dès le plus jeune âge, en variant les disciplines, en adaptant l’école au monde d’aujourd’hui par la proposition de projets et favorisant l’autonomie du plus grand nombre. Un élève qui sait se fixer des objectifs pour réaliser une action en collaboration avec ses camarades aura beaucoup plus de chances qu’un autre d’entrer naturellement dans la vie active en produisant pour lui-même et pour les autres. In civilités, délinquance en baisse, forcément. C’est cela qui est visé par quelques uns de nos politiciens candidats à la candidature (Bayrou compris) : « rassurer et sécuriser nos concitoyens ».

J’ai écrit précédemment que le service militaire aurait dû être adapté, transformé au lieu d’être suspendu, abandonné, sans aucune contrepartie pour la jeunesse. De là, on a accéléré le processus de désappartenance de l’individu. Plus d’obligation, plus de devoir. Quand on se veut humaniste, on n’oblige pas ; on crée les conditions pour que chacun puisse réussir son développement personnel, dans la communauté. La nôtre, c’est la République Française qui doit être réformée, certes mais pas abandonnée aux idées saugrenues mais ô combien néfastes des candidats à la Présidentielle.

Mais faut-il rappeler que l’on ne contraint personne à ressentir le lien qui peut l’unir au pays et encore moins à autrui ? Ce sont souvent les guerres, hélas, qui créent ce sentiment. Ou encore l’état éphémère dans lequel on peut se trouver à l’occasion de compétitions internationales, généralement sportives.

Non, le service militaire n’est pas la solution.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s