Déchéance de nationalité

Photo Constitution Française BisJe ne suis pas historien, je ne suis pas juriste, je ne suis pas journaliste. J’essaie tout de même de savoir, d’avoir un avis et surtout de ne pas laisser les autres décider à ma place de ce qui est bien pour moi, les miens, mon pays sans essayer de comprendre. Lorsqu’une décision est prise, une loi votée, je ne m’y oppose pas parce-qu’elle émane d’untel. Je l’analyse et je l’accompagne pour qu’elle trouve un sens pour le bien commun.

Annoncée seule, la déchéance de nationalité apparaît comme un objet maléfique brandit par quelques opportunistes mais pas que. Ces gens-là ne représentent qu’eux-mêmes puisqu’une large majorité de la population se déclare favorable à la mesure d’extension de la déchéance de nationalité pour les binationaux nés Français reconnus coupables de faits de terrorisme. D’autant que le discours de ceux qui s’expriment en criant très fort, ces temps-ci, est audible mais ne convainc pas. Ce sont ceux-là-même qui s’étaient élevés contre toute tentative de déverrouillage de l’économie et du travail par le ministre Macron.

À ceux qui arguent qu’une fois la Constitution élargie au sens qui fait débat pourrait profiter à de mauvaises velléités, je réponds que la Constitution française a été établie pour notamment permettre à l’exécutif d’être fort et de pouvoir répondre à la menace. Pas pour définir qui est plus Français qu’un autre. D’ailleurs, la loi française autorise déjà de pouvoir statuer sur la déchéance ou pas de nationalité pour un citoyen étranger ayant acquis cette dernière. De surcroît, la République, contrairement à ce qui est avancé ces derniers jours par les opposants, n’est pas remise en cause dans ses principes.

De nombreuses générations n’ont connu ni l’occupation étrangère, ni la guerre. Ces attentats sont sans communes mesures pour une majorité d’entre nous. Quelqu’un pense-t-il à nos enfants ? En ces temps troubles, il fallait une réponse forte et adaptée. L’Exécutif a formidablement rempli sa fonction et su apporter des solutions rapides pour rassurer et protéger la population. Alors pourquoi brandir les ombres de Pétain ou encore d’Hitler ? Comment ose-t-on comparer le Président Hollande à ces abjectes personnages ? N’avez-vous donc que ça à faire de vous opposer à un gouvernement qui oeuvre pour le bien commun ?

D’aucun ne sera contre évoquer que la déchéance seule ne suffit pas. C’est tout un dispositif qui contribue à vouloir combattre le terrorisme. L’on a vu l’inscription dans la loi de l’état d’urgence et ce qu’il permet d’accomplir pendant une période limitée. Là aussi, les esprits mal tournés auront eu vite fait de mettre en avant les abus qui auraient pu être commis par certains fonctionnaires. Ceux-là doivent être combattus avec force, bien entendu sans pour autant dominer la séquence que nous sommes en train de vivre. Quand l’on pensera au bien commun, l’on arrêtera ces viles protestations.

Ici, déchéance de nationalité et état d’urgence sont des symboles auxquels les Français sont réceptifs. Nous avons besoin de nous sentir protégés et compris dans notre détresse, notre tristesse. Si l’exécutif lui-même n’y répond pas, qui d’autre ?

Non, la boîte de Pandore n’est pas ouverte. Nul n’engendrera rien de plus que ce qui est voulu par François Hollande. C’est une lubie de l’esprit que certains agitent pour faire peur et faire taire. Que les extrêmes s’égosillent en déclarant vouloir élargir plus encore cette déchéance de nationalité permettra de faire une fois de plus les choux gras de la presse mal intentionnée. La République Française est forte. Les Français méritent d’être protégés, défendus, entendus.

Qui que vous soyez, ne salissez pas la France. Elle est et demeure une terre d’accueil, d’asile. Son Histoire est unique. Elle est un modèle. Suite aux tragiques événements du 13 novembre, les capitales du monde entier étaient Bleu Blanc Rouge. Laissez celui que nous avons élu, gouverner. Arguez de bonne manière et de façon construite sans vous servir des leviers émotionnels qui ne font que démontrer, une fois de plus, que vous ne vous intéressez pas aux Français que nous sommes mais à votre simple Vous.

N’oublions pas qu’il est question de terrorisme. Laissons le Parlement, qui sera prochainement réuni en Congrès, décider.

Pensées aux familles des victimes, aux forces de l’ordre, aux services de santé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s