Malakoff ou la newsletter qui n’annonce rien de bon

Lettre d'information Malakoff - Septembre 2015Les Malakoffiots ont reçu la newsletter de la municipalité dirigée par Mme Belhomme (PCF). Elle reprend en partie le dépliant, format A3, lui aussi en couleur, adressé par l’ancienne maire, Mme Margaté, il y a quelques mois. Leitmotiv : « salaud, l’État, à cause de lui, nous vous demandons de bien vouloir nous autoriser à augmenter vos impôts locaux ». Pour justifier les futures hausses d’impôts et/ou tarifaires, la maire vous prête les mots « Malakoff bouge, évolue et que nous, Malakoffiots, le constatons au fil du temps » ou encore « aménagements du cadre de vie ».

Bref, je vous laisse découvrir cette nouvelle communication on ne peut plus déplacée.
Malakoff ne bouge pas. Cette ville est figée depuis 100 ans. Autant d’années de gestion communiste. Pas de vision, pas d’investissement, un endettement de 30 m€pour 30 000 hab… Certes, l’on applaudira l’entr’aide qui y règne et le réseau d’associations qui répond à toutes les attentes, toutes les communautés mais le petit village au Sud de Paris, s’il permet à quelques uns de vivre paisiblement dans son centre, permet aussi de s’y installer une grande pauvreté, ne serait-ce que sur sa place centrale ou encore à l’occasion des marchés la mendicité est légion, mais encore on oublie délibérément les populations excentrées. Ne serait-ce que les quartiers limitrophes de Châtillon, Vanves et Montrouge. Aucune dynamique commerciale, quartiers dortoir, chaussées en mauvais état (nous redoutons de traverser les hivers, rien ou presque n’étant organisé pour la prévention des risques), parcs mal entretenus, manèges d’un autre âge et dangereux, rues jonchées de détritus, pas de plan d’action pour accueillir les nombreux banlieusards qui viennent prendre les transports en commun à Malakoff. Les riverains garent parfois leur véhicule à plusieurs centaines de mètres de chez eux, faute d’une politique d’aménagement non pensée. De nombreuse rues ne sont pas éclairées, ce qui encourage l’incivilité et profite aux vandales en tous genres. Ce sont là des milliers de foyers concernés.
Croyez-vous, madame le Maire, qu’il faille s’opposer systématiquement aux politiques gouvernementales et montrer du doigt le président élu par vos concitoyens pour masquer votre immobilisme et votre refus de modernité ?
Le changement, ce n’est pas maintenant mais il n’est plus très loin.
Thierry Gibert
Front Démocrate Écologique et Social
Lettre d'information Malakoff - Septembre 2015
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s